Bourges

Cité à plusieurs reprises par César dans ses commentaires, l’oppidum d’Avaricum est considéré par l’auteur comme la plus grande et la plus forte place des Bituriges, et par ses habitants comme la plus belle de toute la Gaule. Épargnée par la stratégie de Vercingétorix – qui consistait à incendier toutes les villes bituriges pour freiner l’avancée des armées césariennes -, elle est le théâtre, pendant l’hiver de 52 av. J.-C., d’un siège d’un mois qui mènera à la prise de la ville et au massacre de ses habitants.

L’identification d’Avaricum à l’actuelle Bourges n’a jamais été sérieusement contestée, en dépit de la rareté des découvertes de la fin de l’âge du Fer. Situé dans la plaine calcaire de la Champagne Berrichonne, le site de Bourges est bordé par deux affluents du Cher, l’Yèvre et l’Auron. Ces deux rivières circulent dans des vallées peu encaissées, délimitant un éperon aux pentes douces et aux contours marécageux.

Le site est le lieu d’implantation d’une agglomération princière occupée aux VIe et Ve siècle avant J.-C. Elle constitue à cette période un centre artisanal et commercial de premier ordre, jouissant de relations économiques avec le monde méditerranéen dont témoigne la présence d’amphores de Marseille et de céramiques grecques à figures noires et rouges. Cette occupation dépasse largement les limites de l’éperon : des quartiers artisanaux ont notamment été découverts à Port Sec, à trois kilomètres du complexe princier.

L’occupation à La Tène finale est très mal documentée : seules quelques rares découvertes permettent de supposer la présence d’un habitat à cette période. Même le rempart, dont César fournit pourtant une description précise, n’a pas été repéré. Seul un fossé à profil en V peut être attribué, sans certitude cependant, à un système de fortification.
Le site de Bourges est doté d’un urbanisme à la romaine dès l’époque augustéenne. L’occupation se poursuivra ensuite jusqu’à nos jours.


SITUATION ADMINISTRATIVE

Nom usuel : Bourges

Commune : Bourges

Lieu-dit : -

Nom antique : Avaricum

Département : départ. Cher (18)

Région : Centre

Pays : France

Civitas : Bituriges

TOPOGRAPHIE ET REMPARTS

Superficie : 26 ha

Topographie :  Éperon barré

Nb de phases du rempart : -

Nb de portes connues : -

Nb de portes fouillées : -

Architecture de rempart : 

OCCUPATION INTERNE DE L'OPPIDUM

-


ENVIRONNEMENT DE L'OPPIDUM

-


CHRONOLOGIE DU SITE

Chronologie relative :  -

Occupation du site : 
Hallstatt moyen-final (Ha D)-La Tène ancienne (LT A)
La Tène finale (LT D)
Haut-Empire
Antiquité tardive
Moyen-âge
Époque moderne
Époque contemporaine


Chronologie absolue : -


BIBLIOGRAPHIE

-


GESTION ET MISE EN VALEUR

L'oppidum de Bourges a disparu sous la ville moderne et, malgré de très belles découvertes lors de fouilles préventives, il n'a pas connu de fouilles programmées. Aucun vestige n'est visible dans la ville.

Le musée du Berry, membre du réseau des musées de la ville de Bourges, est dépositaire des vestiges mobiliers. Créé en 1892 dans l'Hôtel Cujas, il se distingue par la qualité de ses collections archéologiques préhistoriques, protohistoriques et surtout gallo-romaines. Quelques objets de l'Âge du Fer sont exposés dans l'exposition permanente.
À partir du 1er mai 2008, le musée propose une exposition temporaire intitulée « Nécropoles, Métropole » qui présente la riche histoire du territoire aux VIe et Ve avant J.-C. De nombreux objets seront sortis des réserves et la présentation remettra l'oppidum de Bourges dans un contexte européen.
Le service pédagogique du musée propose des animations en lien avec la civilisation celtique. Contacter Mme Cindy Manon.
L'entrée du Musée du Berry est gratuite, le musée est ouvert toute l'année avec des fermetures hebdomadaires le mardi et le dimanche matin.
Pour en savoir plus, contacter le musée : Musée du Berry - Réseau des musées de la Ville de Bourges - 4 rue des Arènes – 18000 Bourges  / Tél : 02 48 70 41 92 / mail : musees@ville-bourges.fr
Internet : http://www.ville-bourges.fr/culture-loisirs/musees-bourges.php

(Camille Daval – ArchéoMédia, avril 2008)


PHOTOTHEQUE

Vue aérienne depuis le nord Vue aérienne depuis le sud-est L'oppidum dans son contexte urbain actuel
La colline de la cathédrale depuis le nord-est

Bertrand Bonaventure